Rencontre avec Bernard Guirkinger, tête de liste En Marche pour les sénatoriales qui ont lieu dimanche 24 septembre. Le regard confiant, cet ancien de Suez, actuellement délégué pour le Grand Est du groupe SOS, n’est pas le candidat le plus connu, mais compte bien s’engager pour un territoire qu’il estime peu défendu.

Comment le jeune écolier d’Oudrenne s’est-il retrouvé à l’Ecole Centrale ?

Tout simplement parce que l’école de la République faisait sa fierté de ce type de parcours. Quand un élève travaillait bien c’est collectivement que l’on essayait d’influer sur son environnement pour qu’il puisse aller plus loin. Cela a été le cas pour moi, issu d’une famille d’agriculteurs et bon élève. Aller au lycée était une évidence. Faire une classe préparatoire ne tombait pas sous le sens. On m’y a poussé puis j’ai réussi des concours dont celui de l’Ecole Centrale.

Lire la suite sur la semaine